Confidences de Maman : La prématurité, nous a rendu plus forts, plus soudés…

Confidences de Maman : La prématurité, nous a rendu plus forts, plus soudés…

Publié le 05/04/2022
Catégories : Bébé à l'hôpital , Bébé grandit , Etre parents de prématurés

Elodie et Alexandre sont à la tête d’une famille nombreuse, Noé 10 ans, Camille 5 et demi, Elise 3 et demi et Ambre 7 mois. Elodie se confie sur ses grossesses qu’elle n’a pas pu mener à terme à deux ans d’intervalle, elle nous parle de ses enfants, et de ce sentiment d’être une famille plus forte et encore plus unie pour faire face aux épreuves de la vie !

“Notre deuxième enfant était très attendu car après un merveilleux petit garçon nous étions très heureux d'avoir une fille. Aucune hésitation sur le prénom, se sera Camille !

Une grossesse normale jusqu'à la 24ème semaine, puis j' ai commencé à ressentir des contractions.  Début du repos, les semaines passent lentement, les hospitalisations s'enchaînent. Jusqu'à 31SA+3 jours où les contractions s'amorcent, et le tractocile ne fait plus son effet. Et surtout le petit cœur de Camille ne supporte plus les contractions, elle doit naître !
Un accouchement tout en douceur, sans douleur,  grâce à un miroir, je l'ai vue arriver...1kg800, 41 cm de perfection ! Après 7 semaines d'hospitalisation, la famille est réunie. Quelle joie ! Cela semble facile lorsqu'on lit cette histoire mais nôtre deuxième expérience de la prématurité a été bien plus difficile.

Après cette naissance, grandit en moi la culpabilité, qu'est que j'ai mal fait ?
2 ans après, je retombe très facilement enceinte. C'est une fille ! Chloé ou Élise ? Finalement c'est Élise car hasard du calendrier sa fête tombe le 17 novembre, jour de l'anniversaire du papa et de la journée mondiale de la prématurité, un joli clin d'œil ! 

Une grossesse un peu plus surveillée, même s’il n'y avait aucune explication médicale à la naissance prématurée de sa sœur. Et puis ça ne peut pas nous arriver 2 fois quand même !
Passées les 18 semaines je ressens des contractions, à 22 semaines j’ai des pertes de sang, et le col perd 1 millimètre toutes les semaines. Au fond de moi je savais que je n'irai pas au bout…L'objectif était fixé à 32 semaines ! 

A 24 semaines, je vis ma première hospitalisation, là je me dis que ça recommence et que ça va être long. On décide de me transférer à Grenoble, une maternité de niveau 3, à 2h de la maison. Dans l'ambulance qui me conduit loin de chez moi, je sens bien que ça ne va pas. Mais à l'arrivée les sage-femmes ne veulent pas m'examiner pour ne pas stimuler le col,  on vient seulement de me faire la première injection de corticoïde, il faut tenir encore !

Je fini par m'endormir d'épuisement, je me réveille comme une fleur et décide de me faire une petite toilette. Je sors du lit mais quelque chose me gêne entre les jambes, il y a quelque chose à l'intérieur qui ne devrait pas être là et j'ai l'impression que ça bouge, que ça me chatouille !? Je ne ressens aucune contraction. J'insiste alors lourdement auprès de la sage-femme pour qu'elle m'examine. Elle passe par toutes les couleurs, et cherche son téléphone dans sa poche :  " je vous envoie Elodie, les jambes du bébé son dehors, col effacé ouvert à 6".
Mon cerveau n'a pas le temps d'analyser ce qui est entrain de se passer, je me retrouve avec la péridurale dans le dos, des pédiatres viennent me voir et mon mari prend la route.

"Madame vous êtes à 25 semaines  vous allez accoucher au bloc opératoire car votre bébé est déjà à moitié sorti. S'il  ne sort pas complètement aux prochaines contractions nous serons obligés de vous faire une césarienne d'urgence. Nous allons tout faire pour sauver vôtre bébé mais à cet âge là, c'est difficile de se prononcer". Je prends seulement conscience de la gravité de la situation car jusqu'ici je n'envisage pas d'accoucher...
Mon mari arrive enfin, nous sommes 17 personnes dans le bloc. En 2 minutes la petite est sortie par les pieds,  je n'ai pas pu la regarder, pétrifiée par la peur. Elise est née, elle pèse 800g et mesure 32cm.

- Photos Personnelles -


Vient ensuite les longues, très longues semaines d'hospitalisation avec ses hauts et ses bas, l'incertitude de sa survie...Je pourrais détailler chaque épreuves, le fait de voir son bébé pleurer mais ne pas l'entendre car elle est intubée, le fait ne pas pouvoir la toucher car si on ouvre sa couveuse elle va avoir froid, les massages cardiaque, le scope et les bips que j’entends même une fois que je suis à l'extérieur..Les prières, les larmes qui coulent dans le couloir après un " il faut faire sortir la maman".

Mais il y a aussi ce qui est beau :
J'ai vu son cœur battre à travers sa peau,
J'ai passé des journées entière en peau à peau,
Je connais chaque centimètres de son corps,
Et ses constantes par cœur,
et me souviens que mon doigt remplissait la paume de sa main…

Grâce à la maison MacDonald où je dormais, j'ai fait de merveilleuses rencontres, les semaines semblaient passer plus vite. Après 5 mois, Elise est rentrée à la maison avec une sonde nasogastrique pour l'alimenter. Depuis 2 ans, elle a une gastrostomie pour lui compléter son alimentation. Elle est si forte, si courageuse, elle nous a appris tellement de choses : la patience, la résilience, le dépassement de soi. Je remercie tellement la vie de nous l'avoir laissé.

- Photos Personnelles - 

Nous voici 3 ans après et un bébé surprise qui s'est installé. L'acceptation fut difficile mais nous avons tout fait pour que ça se passe bien et notre petite Ambre est arrivée à 37 semaines tout pile ! Elle nous donne tout ce qu'on n’a pas eu avec les deux précédentes grossesses.
Aujourd'hui le plus dur est d'apprendre à avancer avec cette cicatrice et tourner cette lourde page de notre histoire. Avoir nos quatre enfants, est un pur bonheur et malgré notre grande famille tout semble si facile ! 

Noé est très impliqué dans son rôle de grand frère,
Camille est en grande section, une vraie fille rose à paillettes,
Elise est en petite section, elle a un caractère bien trempé (je crois qu'elle a le droit avec tout ce qu'elle a vécu),
Et Ambre est notre rayon de soleil après la tempête !”

- Photo Personnelle - 

Partager ce contenu

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.

x